Mon tattoo

 

A699DF64-8CE8-4D5E-89EB-DB16CB9FF0AF

Vous qui avez lu mon livre, vous savez que mon premier tatouage à vie est celui que je me suis fait faire avec mes amies de toujours. Nous l’avons fait 4 mois après mon diagnostic lors d’une virée de filles. Ce tattoo représente l’amitié et il nous unira pour toujours les unes aux autres. C’est un motif celtique représentant l’amitié éternelle. Notre conviction de graver en nous cette puissante amitié était plus forte que tout.

Fébriles comme de petites écolières à la fin des classes, nous nous sommes dirigées vers le salon de tatouage. Apprenant la raison qui nous amenait à poser ensemble ce geste symbolique, la tatoueuse, touchée par notre histoire, a versé quelques larmes avec nous. Quand la séance s’est terminée, le poignet intérieur gauche des quatre meilleures amies du monde portait la marque d’une profonde amitié, indélébile et ineffaçable. Cette précieuse amitié qui s’est exprimée m’a donné du courage à un moment où j’en avais particulièrement besoin. Depuis, pendant les périodes ardues, ce tatouage me réconforte. Il me suffit de le regarder pour me rappeler que je ne suis pas seule, que mes amies sont là pour moi, proches, prêtes à accourir si le besoin s’en fait ressentir. Il représente l’étreinte combinée de quatre grandes amies. Quant à elles, mes amies diront que le tatouage leur fournit une dose d’énergie quand elles vivent des moments difficiles. Elles se disent que si je peux affronter la SLA, elles peuvent surmonter leurs propres obstacles. Cette fin de semaine et ce geste restent ancrés (… et encrés) en moi à jamais.

Puis, il y a eu ce voyage en République Dominicaine pendant lequel je m’étais fait tatouer, à l’henné, un paysage de fleurs. Jocelyn me disait que je devrais en faire faire un permanent. Moi, j’hésitais. L’idée de concevoir un motif encré sur ma peau définitivement ne me plaisais guère (évidemment mis à part le petit que j’avais déjà avec mes amies).

Les années ont passé. En 2015, j’ai vu une image d’un mandala sous lequel il était inscrit ceci: « MANDALA est un mot SANSKRIT (langage de l’Inde) signifiant : cercle, centre, unité, totalité, communauté, univers. Il s’exprime dans un dessin circulaire, convergeant vers un centre porteur d’infini.  Le point central représente le soi et le cercle est le dénouement de la vie: la naissance, la maturité, la mort et la renaissance. L’effet positif du mandala est: calme, relaxation, concentration et force. Il permet de s’éveiller à sa vérité profonde, et de découvrir ce que nous sommes venus faire sur terre. Le mandala nous maintient dans l’instant présent, et permet la communion avec son être intérieur, avec sa source ».

J’ai immédiatement su que j’avais trouvé mon tattoo. Un appel, c’est comme ça que je l’ai ressenti. Ces mots et ce dessin me définissaient bien et représentaient parfaitement ma vision de la vie. C’était pour moi comme une obsession de laisser ma trace, y compris sur mon corps. Cette image révélait un message plus profond qu’un simple choix esthétique. J’étais consciente de mon choix et que j’allais être marquée à vie et ça, ce n’est pas anodin.

Aujourd’hui mon corps porte les ravages de la SLA. Me faire tatouer, c’est un peu comme me réapproprier mon corps. Une forme de contrôle sur un corps qui ne m’appartient plus réellement. C’est comme dire :  « Tu ne m’habiteras pas complètement; maudite SLA ». Grâce à ce tatouage, je redonne un sens à ma vie, et prouve que la maladie n’a pas une emprise totale sur mon corps.

Autour du mandala, j’ai fait broder des fleurs, symbole de la féminité pour moi. De renouveau aussi. Les fleurs meurent mais leurs graines font naître un nouveau jardin. Ce tatouage fait désormais indéniablement partie de moi et de mon identité. Je le trouve joli mais surtout il représente de nombreuses significations chères à mon cœur. C’est émotionnel! Comme la photographie, le tatouage fige un message qui résonne en moi.

Une pensée me traversait toujours l’esprit quand j’étais en santé : « Les gens qui se font tatouer n’ont-ils pas peur qu’à 80 ans, leur tattoo soit rendu difforme? ». Quand j’ai reçu le diagnostic de la SLA confirmant que statistiquement, il ne me restait que 5 ans à vivre, je me suis dit que le temps n’aurait pas d’emprise sur mon tattoo. Je me suis alors dit « Pourquoi pas? ». Le corps n’est-il pas une toile vivante ornée de cicatrices, de rides où cohabitent les blessures accumulées au cours de notre vie? Maintenant, au rythme auquel la maladie progresse, je suis plus certaine que ce tattoo restera parfait………et c’est tant mieux!

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page***

2 réponses sur « Mon tattoo »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s