Je suis parce que nous sommes

« Il faut tout un village pour élever un enfant » selon le célèbre proverbe africain. Bien moi, je peux vous dire que ça prend un réseau tricoté serré pour prendre soin d’une personne handicapée.

Récemment, mon Jocelyn a dû être hospitalisé. Pour faire une histoire courte, disons que durant un examen de routine chez son médecin, il a affirmé être légèrement plus essoufflé lorsqu’il marchait à grande vitesse. Ayant des antécédents familiaux (son père faisait des crises d’angine) et connaissant ma condition, son médecin n’a voulu prendre aucune chance et lui a fait passer une série d’examens. Ces examens ont révélé des anomalies au niveau du cœur et une référence à un cardiologue fut faite. Jocelyn avait rendez-vous le 6 décembre dernier pour une corono. Vous savez cet examen pendant lequel on insère un cathéter dans l’artère et par lequel on voit les blocages dûs au cholestérol. Et bien, mon Jocelyn avait une artère secondaire de bloquée à 90%. Ils lui ont posé un « stent ». Il a passé une nuit à l’hôpital.

Par chance, ma belle Marie (fille de Jocelyn) a pu m’assister et passer la nuit avec moi. Elle est une perle rare et me fait rire. Nous nous sommes bien débrouillées. Je me sentais fortement ébranlée par ce qui arrivait à mon amoureux. Je ne pouvais m’empêcher de penser que le pire avait été évité. Admettons que les scénarios catastrophes se multipliaient dans ma tête. J’ai vraiment réalisé que sans lui, ma qualité de vie ne serait pas la même. Je me suis sentie très vulnérable.

Heureusement, Jocelyn n’était pas seul. Thierry, son beau-frère, l’accompagnait. Il a reçu son congé de l’hôpital le 7 décembre vers midi. Marie est demeurée avec nous jusqu’au 8 au cas où. L’histoire finit bien et Jocelyn continue à faire des blagues comme à son habitude.

Vous avez été nombreux à offrir votre aide. Notre réseau est tellement fort et disponible. Nous apprécions vraiment ces gestes d’amour et nous vous en remercions. Ce réseau m’a accompagnée dans toutes les étapes de la maladie: il m’a soutenue dans mes pleurs, s’est informé de la progression de la maladie, m’a écoutée, m’a cococtée des petits plats, m’a fait mon grand ménage du printemps, m’encourage dans mes levées de fonds, me divertit, me sort quand j’ai les blues, etc. Dans les moments joyeux comme dans les moments tristes, j’ai toujours pu compter sur le soutien de son « armée rapprochée » pour passer à travers l’épreuve de la SLA. Les soldats de mon armée rapprochée m’ont permis de ventiler mes émotions, m’ont porté secours quand je ne me sentais plus capable, m’ont rassurée pendant mes angoisses, mais surtout m’ont aimée.

Toujours avec plaisir, je me suis investie, à ma façon, dans ce réseau afin réaliser mes rêves, pour développer notre clan; une communauté d’amitié et de bienveillance. On a pris le temps de  s’alimenter, ensemble, pour s’offrir des beaux moments de bonheur partagés, des moments rassembleurs et qui nous unissent. Tels les arbres, les racines nous reliant à la terre (l’essentiel selon moi) se sont présentées sous forme de voyages mémorables, de fous rires innombrables, de chicanes et de raccommodages, de grands et de petits moments.

Merci aussi à vous tous qui me suivez. Merci pour vos «Bonjours», pour vos sourires et pour le partage de vos anecdotes et de vos tranches de vie. Parmi vous, j’ai de la famille, des amis, des voisins, des chums SLA, d’anciens collègues de travail. Je tiens à vous dire à tous que je n’oublierai jamais votre compassion.

« Pleurer ensemble vaut mieux que pleurer seul ». Je ne vous vois pas souvent et il y en a parmi vous que je n’ai jamais rencontrés mais je suis convaincue que nous partageons un lien.  Vos messages, votre compassion, votre soutien créent des milliers de moments enrichissants chaque jour. Ils me font réfléchir, rire et parfois pleurer.

Comme les sourires de ma fille Maya ou le regard amoureux de mon Jocelyn, ils me rappellent ce qui compte vraiment. Ce sont les petits moments de connectivité qui font la différence. Ces moments magiques où nous sommes simplement des personnes, vivantes, aimantes et apprenant ensemble le sens réel de la vie.

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page**

9 réponses sur « Je suis parce que nous sommes »

  1. Oufff une chance qu’il a consulté et entendu ! Maintenant, la forme est revenue et vous pouvez être ensemble à profiter de chaque instant ! Oui la force du groupe et des gens est importante! Mon objectif pr moi en 2020 est de sortir de l’isolement pr moi aussi profiter de la vie !
    Je vs souhaite plein de plaisir et d’amour ainsi que de santé!

    Aimé par 1 personne

  2. BONNE ET BELLE ANNÉEà TOI et à JOCELYN, prenez soin de vous je vous souhaite de l `amour , du plaisir,bonheur ,je vous souhaite de continuer d etre si bien entourer et encore MERCI de partager ces moments plus tristes mais parfois si droles mais qui font toujours réfléchir je vous embrasse ..xo

    Aimé par 1 personne

  3. Je ne savais pas que ton amoureux à été hospitalisé Ouff que tu devais être inquiète Cré Jocelyn, il a fait peur à beaucoup de monde Une chance que vous êtes bien entouré Je ne vous connais pas beaucoup mais un lien nous à uni à cause de la SLA J’aime bien te lire ,tu me fais du bien Bonne année à toi et toute ta famille Je te souhaite du bonheur ,du plaisir, des fous rire Mais surtout garder espoir pour trouver un médicament miracle pour Tous vous guérir de la SLA Jtaime chantal ❤❤❤

    Aimé par 1 personne

  4. Chantal, je suis totalement «  in awe! » devant ton courage et ta résilience! La façon que tu as de toujours – du moins dans tes écrits – rester positive à travers toutes les épreuves que la vie t’envoie (Jocelyn à l’hôpital), me ramène toujours sur terre. Tu me convaincs à chaque lecture que la vie vaut la peine d’être vécue et qu’il faut profiter pleinement de chaque moment. Merci Chantal pour tous tes récits.
    Je profite de ce message pour t’informer que ma mère nous a quittés le 1 er novembre dernier après un long combat de 2 ans contre le cancer. Ce fût deux belles années passées avec elle et j’en ai profité pleinement. Ce fût triste de ne pas l’avoir avec nous à Noël mais nous avons quand même réussi à passer au travers sachant qu’elle était sûrement avec nous, à sa façon.
    Je te souhaite de vivre plein de moments savoureux, au jour le jour, et ce, tout au long de cette nouvelle année qui vient de s’amorcer.
    Je t’embrasse xx

    Aimé par 1 personne

    1. Belle Michèle, je suis désolée d’apprendre pour ta maman. Je suis certaine qu’elle veille sur vous de là-haut. L’important c’est de la portée en soi et dans votre coeur. Je te souhaite de la santé encore et encore parce qu’avec elle, tout va. Bisous.

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s