Et si on défonçait le plafond?

 

On parle souvent de «l’être» mais aujourd’hui j’ai envie de vous parler de «l’avoir». Pas en terme de possession matérielle mais plutôt en terme d’avoir ou pas, les ressources pour faire ce que nous voulons vraiment de notre vie. Nous possédons tous un niveau satisfaction par rapport à ce qui se passe dans notre vie. Certains diront : «Moi, je n’accepterais jamais ça» alors que pour d’autres, la coupe est loin d’être pleine. Quel est ton niveau d’acception par rapport aux différents aspects de ta vie? Regarde ta vie et demande-toi, honnêtement, si les standards que tu t’es fixés et dont tu rêves, te rendent heureux. Que désires-tu vraiment?

Le terme «Havingness» est à la mode et représente notre capacité à obtenir ce que nous nous demandons à nous-mêmes. Pas ce que nous méritons, pas ce que nous accumulons, pas ce que la chance nous envoie mais simplement le fait d’être convaincu que je peux obtenir ceci ou cela. D’avoir une vision de ce que nous désirons, de se fixer des buts pour atteindre notre objectif.

Chacun de nous établit une sorte de plafond (nivellement) sur ce qu’il accepte ou non dans la vie. Certains se disent : «c’est tout ce que je mérite» croyant à tort qu’ils ne peuvent pas faire mieux. Les excuses sont nombreuses : j’ai eu une enfance difficile, j’ai fait ce que mes parents attendaient de moi, j’attends le bon moment, c’est trop difficile pour moi, je n’ai pas d’argent pour ça, etc. En réalité, certaines personnes sont confortables dans un état toxique. Cela alimente assurément quelque chose chez elles. Nous connaissons tous quelqu’un qui se plaint de telle ou telle chose et qui ne semble pas prendre les moyens pour changer les choses.

Pourquoi gaspiller autant d’énergie en rêvant de l’impossible? Simplement parce que ça nourrit notre intérieur! Parce que quand nous rêvons à ce que nous voulons atteindre, ça nous stimule et nous donne un but. Il y a plusieurs sphères de notre vie que nous pouvons explorer : nos relations, notre carrière, nos amours, notre famille ou notre santé. Quel est notre niveau de satisfaction en lien avec ces aspects de notre vie? Et si on avait la possibilité de hausser ce plafond de satisfaction? Et si, on rêvait plus à ce qu’on veut vraiment? Sans barrière, sans limite. Seulement en visualisant notre objectif, en travaillant fort et en persévérant.

Vous savez déjà que le niveau de satisfaction n’est nullement relié à la quantité. Avoir la grosse maison, le gros salaire, la voiture de l’année n’est pas un gage de bonheur. Plus que les choses matérielles, c’est notre capacité d’apprécier ce qui nous entoure, d’accueillir l’amour, d’expérimenter la joie et l’enthousiasme, de donner suite à nos idées et valeurs, de combler nos besoins et, finalement d’être heureux qui comptent vraiment.

Pour augmenter votre plafond de « havingness », nous devons prendre des risques. Ces risques impliquent souvent de remettre en cause le statu quo, de se sentir plus vulnérable, de s’ouvrir au rejet, à la désapprobation des autres et même à la souffrance. Si nous ne souhaitons pas inclure ces éléments dans notre expérience, il faut alors se contenter de ce que nous vivons.

Le risque nous ouvre sur beaucoup de possibilités. Ces possibilités sont comme un espace de notre imaginaire, dans laquelle nous nous permettons de rêver de ce qui pourrait être. Il n’est pas toujours évident de relever les plafonds de ce que nous voulons faire de notre vie. Cela créer de l’inconfort mais ça vaut la peine. Pourquoi tolérer une situation qui ne nous rend pas heureux?

Dès que nous commençons à nous sentir résignés, malheureux, il est temps de repousser le plafond des possibilités. Pour moi, cela commence par la gratitude: une véritable reconnaissance de ce que j’ai et du fait que je suis toujours en vie. Certains diront que j’ai fait un virage de 180 degrés et c’est vrai. Je sais que la maladie m’a forcée à entrer en communication avec moi-même. Je me questionne sur le sens de la vie et comment je souhaite vivre les mois, les années qui me restent. De quoi j’ai envie? Faut-il nécessairement qu’une chose meure pour qu’une autre naisse? Est-ce que je fais honneur à chaque jour qui se lève? Comment puis-je optimiser mes capacités?

«Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles» disait Oscar Wilde, écrivain irlandais. Cette citation nous donne raison de rêver, de viser haut et de ne plus se contenter de choses médiocres ou toxiques. De ne pas passer à côté de nos rêves et d’oser de beaucoup plus.

Le plus important est sûrement d’avoir du pouvoir sur notre vie, de se sentir les maîtres d’oeuvre de notre bonheur. Savoir utiliser nos émotions et que ces dernières deviennent des alliées précieuses dans notre quête de satisfaction. Lorsqu’on arrive à faire ainsi une place importante à nos rêves et à combler nos besoins profonds, on se retrouve avec une existence qui nous convient vraiment. On se respecte de plus en plus et on est davantage fidèle à soi-même. Les fruits de cette façon d’être sont considérables: une solidité intérieure et une estime de soi accrues.

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page****

2 réponses sur « Et si on défonçait le plafond? »

  1. merci Chantal! J’ai fait un grand saut dernièrement, un saut dans le vide avec l’assurance que mon parachute ne me laissera jamais tomber! Les gens sont surpris de ma décision et plusieurs me félicitent pour mon  »courage ». La 1ère fois qu’on m’a dit:  »ouf… je te félicite! », Bravo! » j’ai été touchée par l’intérêt exprimé et ces réactions m’enveloppent d’une autre couche de sentiments de liberté d’esprit et de mouvements. À suivre… 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s