Quand tout bascule!

4B233FB2-7FC3-4A5C-9975-90F7C14F9D19

Si vous venez de recevoir un diagnostic de maladie incurable et mortelle, il y a fort à parier que vous êtes sous le choc et fortement déboussolé. L’annonce d’un tel diagnostic nous chavire et nous avons peine à absorber les émotions contradictoires qui nous inondent. Pour ma part, j’étais dans un état second et je me suis repliée sur moi-même pendant plusieurs mois.

Elisabeth Kübler-Ross (décédée le 24 août 2004), était docteur en psychiatrie. Vivant aux USA, elle fut la pionnière de l’approche des « soins palliatifs » pour les personnes en fin de vie. Elle a décrit cinq étapes par lesquelles passent les malades atteints de maladie grave :

Le choc :
Le diagnostic est confirmé. La personne éprouve un sentiment de confusion et d’égarement. Elle se sent affolée et son anxiété est élevée. Elle peut réagir violemment ou démontrer un blocage émotif.

La colère, le refus, le déni :
Refusant de croire le diagnostic établi, la personne vit sa vie comme si rien n’était. Parfaitement consciente de sa nouvelle condition, elle prèfère agir comme si les conséquences et symptômes de la maladie sont temporaires ou ne sont pas réels.

Cette forme d’incrédulité est un mécanisme de protection en bouclier pour dévier la violence du coup. Il fonctionne par clivage : une partie de l’esprit sait, mais l’autre refuse de regarder la réalité en face. La personne vit de l’anxiété et peut éprouver de la colère contre les intervenants. Elle cherche un coupable ou ce qui a pu lui causer cette maladie.

Cette phase est souvent accompagnée de colère, de cris, de larmes, de fluctuations de l’humeur. La recherche du bouc émissaire amène aussi à se montrer injuste, envers un soignant, un conjoint qui n’aurait pas perçu les premiers signes de la maladie.

Le marchandage, le désespoir :
La personne cherche à obtenir une deuxième opinion. Elle vérifie si le médecin ne s’est pas trompé. Elle le questionne et veut savoir si ma maladie est aussi grave qu’on le dit. Elle vit une période de dépression ou de détresse. Elle peut s’isoler et peut perdre l’estime d’elle-même.

Le relâchement, le détachement :
Anéantie, la personne malade et sa famille attendent. C’est une période de transition. Elle commence à percevoir la réalité dans son ensemble. Elle envisage de nouveaux objectifs de vie en fonction de la nouvelle situation. Les émotions vécues sont moins intenses.

L’acceptation, l’adaptation, la sérénité :
À cette phase survient l’apparition de la satisfaction et de la joie de vivre malgré la souffrance. La personne accepte de façon réaliste ses limites et son potentiel. De nouveau, la personne renaît. Sa sérénité a quelque chose d’incompréhensible pour ceux qui l’entourent. Elle atteint un niveau supérieur de conscience. Plus forte que jamais, elle irradie d’une joie de vivre, d’une force d’être qui illumine tous ceux qui l’approchent. Aussi, souvent, elle partage avec les autres son énergie; ne s’intéressant qu’à l’essentiel, apporter son aide aux autres.

Personnellement, je n’ai pas vécu chacune de ces étapes. Du diagnostic, en janvier 2013, jusqu’à mai 2013, je fus dans une autre zone. Je pleurais beaucoup et j’éprouvais une grande colère. Je me rappelle m’être sentie très léthargique et n’avoir envie de rien. Heureusement, je pouvais compter sur un solide réseau pour tenter de me remonter le moral. J’imagine que je me situe maintenant à la dernière étape des cinq étapes car je suis en paix avec moi-même et la maladie. Il faut comprendre que ces étapes sont vécues à un rythme différent et selon une intensité variable d’un individu à l’autre.

Je peux toutefois vous assurer qu’il existe une vie après un tel diagnostic. Aussi bizarre que cela puisse paraître, le bonheur est possible. Il faut toutefois laisser le temps agir. Une incroyable sérénité s’installe après la tempête. Votre vie sera, certe, différente mais elle pourrait être aussi belle si vous investissez dans votre intérieur. Il s’agit en fait de vous demander ce que vous voulez réellement faire du reste de votre vie.

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page****

4 réponses sur « Quand tout bascule! »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s