Entre fierté et humilité

60CD74A4-BFC8-4D34-AD9C-7B869CC6571EJe n’ai jamais vraiment réalisé l’étendue de ma fierté, jusqu’à ce que la SLA s’attaque à moi. Je prenais grand plaisir à magasiner vêtements, bijoux, chaussures et sacs à main. Je les choisissais avec soin et les portais toujours avec une grande coquetterie. J’avais mon style vestimentaire: tailleurs, chemises et longs colliers. Mes vêtements affichaient mon indépendance et mon assurance. J’étais consciente de ce que je dégageais dans l’œil des gens que je croisais. Ma garde-robe était pleine à craquer et je ne comptais plus mes paires de chaussures tant j’en avais.

Évidemment, avec la maladie, j’ai dû quitter mon travail. Plus les mois passaient et plus je devais utiliser des aides à la marche. D’abord la canne, puis la marchette, le quadriporteur et finalement le fauteuil roulant. Plus la dégénérescence s’installait et plus mon style vestimentaire changeait. J’ai combattu pour un temps. J’ai résisté comme on dit! Mon miroir projetait une image de moi que je ne voulais pas voir.

Avoir la SLA c’est : ne plus être capable de fouiller moi-même dans mes tiroirs et mon garde-robe, ne plus me parfumer ni me parer de mes bijoux préférés, ne plus pouvoir me faire de manucure, ne plus gérer mon porte-feuille et les trucs dans ma sacoche. Ce qu’on peut en trimballer des trucs! C’est aussi ne plus arriver à brosser mes cheveux et les coiffer comme je le voudrais. Je dois maintenant les porter de sorte que Jocelyn puisse aisément les attacher. Je ne peux plus agencer mes boucles d’oreilles à mes vêtements, car les gros doigts de Jocelyn en arrachent pour fixer la tige au fermoir. Je ne peux plus me maquiller et me faire coquette; dorénavant ces plaisirs me sont refusées.

Je suis finalement passé des tailleurs aux « vêtements mous ». Il faut comprendre qu’en restant assisse toute la journée, pratiquement immobile, on doit privilégier les vêtements confortables et amples. Adieu tailleurs et longs colliers, adieu chaussures à talons hauts! Je ne porte plus de pantalon ni short, car c’est trop compliqué au moment d’aller aux toilettes. Je ne porte plus de manteau long, parce que ça voudrait dire qu’il faut me lever du fauteuil pour le retirer. La mode n’est plus une option. Ce n’est plus juste une question de choix, mais bien une question d’être pratico-pratique. Je considère sérieusement envoyer mon Jocelyn suivre des cours de coiffure et de maquillage! Blague à part, il en fait déjà assez comme ça!

J’ai toujours éprouvé une grande fierté à me faire belle, à porter de beaux vêtements et à jouir pleinement de mon indépendance. La maladie est venue chambouler toutes mes considérations à ce sujet. La SLA m’a fait réaliser que la beauté intérieure prévaut sur celle de l’extérieur. Elle impose ses propres règles en matière d’esthétique. De me voir confinée au fauteuil roulant, ne plus être au sommet de mon sex-appeal, accepter de ne pas être à mon mieux lorsque je sors de la maison, demande que je puise dans mes ressources intérieures pour passer outre l’apparence que je projette. Je pensais que la maladie m’enlèverait toute dignité, mais elle a plutôt abaissé mon ego. Confrontée à mes limites, à mes imperfections, à la faiblesse de mon corps, j’accepte ma condition et je me fais humble face à tout cela.

Même si elle apporte certains avantages, la beauté n’est pas la voie vers le bonheur et l’accomplissement, fort heureusement. Puisque je ne peux changer ma condition, mieux vaut miser sur les armes qui s’offrent à moi: ma personnalité et mes talents. J’ai appris que, pour dégager une énergie positive et pour que mes yeux se parent de cette petite étincelle, je dois alimenter mon feu intérieur et miser sur ma valeur profonde pour être en harmonie avec moi-même. J’ai réalisé que ma beauté résidait dans ce que je suis (mère, épouse, etc…) et non dans ce que je ne peux plus faire. Je rayonne de l’intérieur pour ensoleiller mon extérieur!

Maintenant, quand je croise un regard, je n’y vois ni âge, ni genre, ni maladie, ni condition matérielle. Je n’y vois que l’infiniment grand et beau. Je sais que derrière tout regard se cache une histoire. La vulnérabilité d’une personne n’est pas un signe de faiblesse. Elle représente plutôt le goût de la vérité et l’odeur du courage. Ça signifie seulement que cette personne vit de l’incertitude qui l’emmène à être davantage en contact avec ses émotions. Elle permet également aux autres de l’approcher, de la réconforter, de la soutenir et, par le fait même, de l’aimer, tout simplement.

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page****

13 réponses sur « Entre fierté et humilité »

  1. Très beau texte… Tellement vrai. Lorsque Marcel a emprunté l’allée du non-retour, le 22 août dernier, que la Sla a gagné la partie après 2 ans seulement, sa force, sa vulnérabilité, a multiplié mon amour…

    J’aime

  2. Salut ma belle amie, je te connais depuis plus de 30 ans et moi je te trouve toujours très belle et tes yeux reflètent toute ta beauté intérieure! t’es chroniques sont inspirantes, je t’aime xxx

    J’aime

  3. Tres beau texte ,tu est magnifique, je pense que c’est ca la vraie vie ,ont devraient tous pensée comme toi
    au fond,mais ont ne prend pas le temps de s’arreter et d’y réfléchir !

    J’aime

    1. Chantal j’admire ton courage et la force en toi et de te voir quand tu viens au salon de coiffure et tjr avec un manifique sourire et voir que la vie est belle pour toi et de voir l’amour entre toi et ton mari qui est tellement sincère et je te remercie de t’avoir connu c un cadeau du ciel de voir une femme très très forte lache pas Chantal nous sommes toute avec toi moi et mon équipe de steven parent concept beaute ont t’aime tous xxx

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s