Le long périple du déménagement (partie 1)

L’histoire commence en septembre 2019. Ce jour-là, Jocelyn et moi avons visité un condo à Sainte-Thérèse. Nous avions pris la décision de vendre la maison de Lorraine pour acheter quelque chose de plus petit et nécessitant moins d’entretien. Notre fille avait quitté la maison depuis quelques années et nous n’utilisions plus le premier étage ni le sous-sol. À chaque année, je voyais Jocelyn s’acharner sur le terrain et je me sentais coupable de ne pas pouvoir l’aider. Bref, il était temps de vendre.

J’avais découvert ce condo sur Centris. Nous avons été charmés par la bâtisse. Elle comportait tous les avantages pour une personne en fauteuil roulant. Le condo visité n’était toutefois pas doté d’un stationnement intérieur; ce qui était impératif pour nous. Nous nous sommes alors informés à l’agent immobilier si quelqu’un dans l’immeuble voudrait vendre son stationnement intérieur. Comme il y avait quelques condos à louer, l’agent nous a fourni les coordonnées du propriétaire des condos locatifs. Après plusieurs échanges courriels, le propriétaire nous confirme qu’il serait prêt à vendre deux de ses condos. Chacun d’entre eux comprenait des stationnements intérieurs. Jocelyn se déplace alors à Laval pour aller rencontrer Monsieur Cholette. Durant la rencontre, il apprend que Monsieur Cholette est l’entrepreneur qui a construit la bâtisse que nous convoitons ainsi que plusieurs autres dans le quartier. Jocelyn lui explique la maladie qui m’afflige et la nécessité d’entreprendre des travaux d’adaptation dont notamment une douche sans seuil. Monsieur Cholette, sensible à ma condition, offre à Jocelyn d’exécuter certains travaux dans le prix de la vente. Il s’agit d’un homme de cœur. Jocelyn l’a ressenti dès leur première rencontre.

Arrivé à la maison, Jocelyn s’empresse de partager avec moi ses impressions et les informations. Nous avons les plans du condo et nous planifions sur papier, les rénovations à faire. Nous sommes excités comme des puces devant ce grand projet. Nous voulons abattre un mur et projetons de faire une douche sans seuil. Le condo est un 5 1⁄2 de 1694 pieds carrés. Il comporte de nombreuses portes françaises doubles, idéales pour un fauteuil roulant. Je constate que j’aurai davantage de place pour circuler qu’à la maison. Son accès avant comporte une rampe pour handicapés. Son emplacement est idéal car il n’est pas question pour moi de changer de CLSC. Les intervenants connaissent mon dossier ainsi que mon médecin à domicile et il m’est impératif de les conserver.

En octobre, nous décidons de mettre la maison en vente. Je fais appel à Renée Larivière, agente immobilière agréée chez Remax. Renée chantait avec moi dans la chorale Vocal 80 de Joliette. Renée nous donne rendez-vous la semaine suivante. Elle organise et planifie pour nous une séance photos et engage une décoratrice pour faire «un staging» afin de mettre la maison en valeur. Elle nous conseille de faire le ménage de nos vieilleries et de nous débarrasser de tout ce dont on ne veut pas amener au condo. Elle nous informe et prend tout en charge à notre plus grand soulagement.

Nous poursuivons nos discussions avec Monsieur Cholette. Selon lui, il n’y a aucun problème à effectuer les travaux que nous voulons. Comme il a lui-même construit la bâtisse, il nous confirme que le mur à abattre n’est pas un mur de soutien. Entre-temps, Renée nous explique que la déclaration de copropriété régit toutes les informations ainsi que les travaux qui peuvent être effectués. Novices en terme de copropriété, nous décidons de faire appel à ses services, également, pour l’achat du condo. Nous apprenons les termes parties privatives et parties communes ainsi que tous les réglements qui régissent la copropriété dans laquelle nous souhaitons vivre.

De toutes nos années de vie commune, Jocelyn et moi avons toujours possédé des maisons et pour nous cet achat de condo constitue une première expérience. Nous réalisons rapidement que le «monde» de la copropriété est complexe et possède ses propres lois. Nous ne voulions surtout pas acheter sans la garantie écrite que le syndicat accepterait les travaux.

Nous adressons donc une longue lettre au syndicat de la copropriété lui indiquant ma condition et les travaux que nous souhaitons effectuer. Ce dernier nous faire part que les travaux ne peuvent être réalisés car il faut préalablement soumettre des nouveaux plans à des architectes. Nous avons beau leur dire que les architectes, ayant initialement conçus les plans du bâtiment, ont produit une lettre attestant que les travaux ne touchent en rien l’intégrité de la bâtisse; rien n’y fait. En plus, Monsieur Cholette leur confirme la même chose (rappelez-vous qu’il a construit la bâtisse), ils n’en démordent pas, il faut de nouveaux plans.

Nous nous sommes donc tournés vers la firme d’architectes Coursol&Miron pour qu’elle produise les plans pour les modifications exigées. Nous soumettons exclusivement des plans architecturaux car nous n’avons ni travaux de plomberie ni travaux d’électricité. Nous leur confirmons également que nous avons retenu les services de Gestion Cholette pour exécuter les travaux. Cette firme a construit le bâtiment et est dûment licenciée, expérimentée et connaissante des infrastructures de la bâtisse pour réaliser les travaux. Nous avons donc fait appel aux experts à l’origine de la conception et réalisation pour nous assurer que les travaux seront faits selon les règles de l’art. De telles garanties devraient répondre aux obligations du syndicat en termes de légalité et d’imputabilité. 


Nous avons appris qu’en condo, il ne faut surtout pas toucher à l’intégrité de la structure. Ainsi, impossible d’abaisser la porte-patio ou de creuser le plancher de la douche pour en faire une douche sans seuil. J’ai donc effectué plusieurs recherches sur internet pour palier à ce problème. Eurêka! J’ai fini par trouver une compagnie québécoise qui fabrique des seuils de douche sur mesure. En acier inoxydable ou prête à être « tuilée », cette base de douche s’ajuste au drain existant. Aucune modification requise. Parfaite pour le condo et compatible avec le programme d’adaptation du domicile (PAD) du gouvernement provincial. Il s’agit de la compagnie Fosk. Pour aller sur le balcon, je fais appel à l’entreprise GoRampe qui me fabrique une rampe sur mesure.

La suite et fin dans 2 semaines.

Chantal Lanthier

**** Si vous aimez mes chroniques, abonnez-vous! C’est simple, vous n’avez qu’à entrer votre adresse courriel dans la section noire au bas de cette page****

2 réponses sur « Le long périple du déménagement (partie 1) »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s